Monde Diététique
Menu

Accueil
Actualité Diététique
Les Archives
Suivi Diététique
Dossiers du Mois
Les Régimes
Alimentation et    Maladies
Les Nutriments
Recettes    Diététiques
Sélection de Livres


Relation entre obésité, surpoids et mortalité
article diététique ajouté par dietetique le 05.10.2006
Une étude américaine, menée durant 10 années sur 527 265 seniors âgés de 50 à 71 ans, a permis d’apporter de nouveaux éléments sur le lien de causalité entre obésité et mortalité.
Les résultats montrent que un IMC supérieur à 30 est un facteur certain de mortalité. Par contre, l’augmentation des risques de mortalité est beaucoup moins facile à mettre en évidence pour des IMC compris entre 25 et 30.
Il ne serait donc pas aussi préjudiciable pour la santé d’être en surpoids que ce que nous avons déjà entendu auparavant. Il faut préciser que ce n’est pas la première étude à obtenir de tels résultats. Maintenant, il serait nécessaire d’attendre d’autres études pour en être tout à fait certain.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Les résultats de l’enquête OBEPI 2006
article diététique ajouté par dietetique le 05.10.2006
Les résultats de la dernière enquête OBEPI ont été rendu publique le 19 septembre 2006. Ces résultats confirment la prévalence de l’obésité en France.
Depuis 9 ans, le nombre de personnes obèses est en constante augmentation. En effet, en 1997 l’obésité touchait 8,2%, en 2003 ce chiffre augmente pour atteindre les 11,3% de la population. A présent, en 2006 l’obésité concerne 12,4% de la population française. Il faut tout de même apporter une nuance à ces résultats, car il s’est avéré que ces dernières années, ce chiffre augmente moins vite. Ce qui est peut-être le résultat de toutes les campagnes de communications pour promouvoir une alimentation équilibrée lancée par le PNNS.
Par ailleurs, il y a eu une augmentation des formes graves d’obésité.
En ce qui concerne le surpoids ( IMC compris entre 25 et 29) le chiffre reste stable avec 29,2% de la population en surpoids. On constate que le surpoids est plus fréquent chez les femmes (35,6% des femmes sont en surpoids) que chez les hommes (23,3% d’hommes concernés).
Le tour de taille moyen de la population augmente également pour passer de 84,6cm en 1997 à 88cm en 2006, soit une augmentation de 3,4cm en 9 ans. Si le tour de taille augmente avec l’âge, il augmente plus singulièrement chez les femmes.
La population de 65ans et plus présente un poids moyen de 71,1Kg ce qui est peu différent du poids moyen chez les adolescents de 15 (70,5Kg).
Le nombre de personnes obèses chez les plus de 65ans est plus important avec 16,5% de seniors obèses sans grandes différences entre les hommes et les femmes.
Sur le plan géographique il existe également des disparités face à l’obésité. En effet, le Nord (18,1% d’obèses), l’Est (14,1%) et le bassin parisien (13,4%) sont les régions qui comptent le plus d’obèse.
Enfin, il est ressorti que les jeûnes générations ont une corpulence supérieure à leurs aînés.
Pour conclure, juste une petite précision, l’OMS a récemment indiqué qu’il y a désormais plus de personnes obèses sur la planète que de personnes souffrant de malnutrition. Il y a donc une véritable pandémie mondiale de l’obésité.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Influence de l’index glycémique lors des régimes
article diététique ajouté par dietetique le 04.10.2006
Pour donner de bons conseils diététiques, souvent les professionnels de santé s’interrogent sur la marche à suivre en ce qui concerne les glucides et leur index glycémique.
Afin d’éclairer les données sur ce sujet, une étude a été réalisée en Australie sur 129 patients en surpoids ou obèse. Chacun des patients a reçu pendant 12 semaine l’un des 4 régimes suivant :
- Régime 1 : fort apport en glucides (plus de 55% de la ration) avec en majorité des glucides à Index Glycémique (IG) élevé ;
- R2 : fort en apport glucidique mais avec en majorité des glucides à faible IG ;
- R3 : riche en protéines (25% de la ration) avec des glucides à IG élevé ;
- R4 : riche en protéines avec des glucides à IG bas.
Les 4 groupes ont présenté un perte de poids quasiment similaire, mais la proportion des personnes ayant perdu plus de 5% du poids corporel variait dans chaque groupe :
- R1 31% des patients ;
- R2 56% des patients ;
- R3 66% des patients ;
- R4 33% des patients.
Par ailleurs, le LDL-cholestérol a diminué chez les personnes suivant le régime2 mais à augmenté chez les personnes suivant le régime3.
En conclusion, pour des personnes sans prépondérance particulière à une maladie cardiaque, obtiendront un meilleur résultat en suivant le régime3.
En revanche, les personnes qui présentent des risques de maladies cardio-vasculaire et qui doivent aussi perdre du poids, devront choisir le régime 2 pour pouvoir ainsi préserver leur système cardio-vasculaire.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Articles diététiques précédents >>> [1][2][3][4][5][6][7][8][9][10][11][12][13][14][15][16][17][18][19][20][21][22][23][24][25][26][27][28][29][30][31][32][33][34][35][36][37][38][39][40][41][42][43][44][45][46][47][48][49][50][51][52][53][54][55][56][57][58][59][60][61][62][63][64][65][66][67][68][69][70][71][72][73][74][75][76][77][78][79][80][81][82][83][84][85][86][87][88][89][90][91][92][93][94][95][96][97][98][99][100][101][102][103][104][105][106][107][108][109][110][111][112][113][114][115][116][117][118][119][120][121][122][123][124][125][126]

Consulter les articles en archives

Pour recevoir les articles chaque jour sur E-mail, inscrivez vous ci-dessous :