Monde Diététique
Menu

Accueil
Actualité Diététique
Les Archives
Suivi Diététique
Dossiers du Mois
Les Régimes
Alimentation et    Maladies
Les Nutriments
Recettes    Diététiques
Sélection de Livres


Constipation et risque d’obésité
article diététique ajouté par dietetique le 02.10.2006
Un nouveau facteur pouvant indiquer un risque accru d'obésité chez les enfants vient d'être mis en évidence. Il s'agit de la constipation. En effet, les problèmes de surpoids semblent plus fréquents chez les enfants constipés.
Une relation entre obésité et constipation a déjà été suggérée, mais les preuves manquaient jusqu'à présent. Une nouvelle étude vient de confirmer une telle association : son objectif était d'évaluer l'incidence de l'obésité chez des enfants souffrant de constipation, comparativement à un groupe d'enfants témoins.
Plus de 700 enfants âgés de 4 à 18 ans et consultant pour un problème de constipation ont été recrutés. Après analyse des différentes données recueillies (indice de masse corporelle, état de santé, sexe, etc.), les auteurs constatent que l'obésité est plus fréquente chez les enfants constipés : 22,4% des enfants constipés sont obèses, contre 11,7% des enfants n'ayant pas de trouble du transit.
Cette association est observée tant chez les filles, entre les âges de 8 et 18 ans, que chez les garçons, entre 4 et 18 ans. Toutefois, elle est plus souvent présente chez les garçons : 25% des garçons constipés sont obèses, contre 19% des filles constipées. Dans le groupe témoin, on retrouve également davantage de problèmes de surpoids chez les garçons : 13,5% des garçons sont obèses contre 9,8% des filles.
Selon les chercheurs, le mode alimentaire représenterait le facteur majeur reliant ces deux affections. Une alimentation déséquilibrée étant le plus souvent pauvre en fruits et en légumes, les apports en fibres alimentaires sont insuffisants. Or, une faible teneur alimentaire en fibres suffit à provoquer une constipation. Une mauvaise alimentation peut donc être responsable d'une surcharge pondérale et d'une constipation.
Soulignons qu'un manque d'activités physiques (qui représente aussi un des facteurs de risque de l'obésité), peut également se répercuter sur le transit intestinal…
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Les effets de la grande airelle rouge
article diététique ajouté par dietetique le 02.10.2006
L'ulcère de l'estomac touche plus de 8% de la population française et chaque année 80.000 nouveaux cas apparaissent.
Le stress et une mauvaise alimentation ont fréquemment été associés à cette affection, jusqu'à ce que la cause principale soit enfin attribuée à une bactérie : hélicobacter pylori. Depuis, l'ulcère gastro-intestinal se soigne à l'aide d'antibiotiques.
Si le traitement repose sur l'antibiothérapie et, en cas d'échec, sur la chirurgie, le cranberry, également désigné par canneberges ou grande airelle rouge, a de l'avenir devant lui grâce à son effet préventif. En effet, une étude menée en Chine montre que les personnes qui consomment des boissons à base de cranberry sont trois fois plus nombreuses à éliminer cette bactérie responsable de l'ulcère de l'estomac.
Le mécanisme serait le même que celui décrit lors d'études portant sur la prévention des cystites récidivantes. Le cranberry diminue les infections bactériennes tant au niveau de la vessie qu'au niveau de l'estomac en empêchant les bactéries de se fixer. Cette action anti-adhésion est attribuée à de petites molécules contenues dans ce fruit : les proanthocyanidines.
Dans le cas de l'ulcère de l'estomac, ces dernières s'opposent à la fixation des bactéries sur la muqueuse gastrique, laissant alors le mucus jouer son rôle de protection.
Dans le cas de la cystite, elles préviennent l'adhésion des bactéries aux parois de la vessie, lesquelles sont alors éliminées lors de la miction.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Une loi sur la publicité contre l'obésité
article diététique ajouté par dietetique le 02.10.2006
C'est la fin d'un long feuilleton initié en août 2004. L'Assemblée nationale, puis le Sénat ont définitivement adopté l'article 57 sur la publicité alimentaire, dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale.
L'article généralise à l'ensemble des médias – télévision, radio, presse, affichage, cinéma et Internet – l'obligation de diffuser une information sanitaire pour les messages publicitaires en faveur des boissons avec ajout de sucre, de sel ou d'édulcorant de synthèse ou des produits alimentaires manufacturés. Précision importante: l'obligation s'étend aux actions hors médias, malgré quelques hésitations de la part des députés très divisés sur cet amendement.
Le décret d'application, fixant la formulation, la taille et l'emploi des mentions sanitaires pourrait entrer en vigueur au mois de mars. Les annonceurs souhaitant s'affranchir de ces obligations devront s'acquitter d'une taxe d'un montant de 1,5% de leurs dépenses publicitaires ou promotionnelles versée à l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes).
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Articles diététiques précédents >>> [1][2][3][4][5][6][7][8][9][10][11][12][13][14][15][16][17][18][19][20][21][22][23][24][25][26][27][28][29][30][31][32][33][34][35][36][37][38][39][40][41][42][43][44][45][46][47][48][49][50][51][52][53][54][55][56][57][58][59][60][61][62][63][64][65][66][67][68][69][70][71][72][73][74][75][76][77][78][79][80][81][82][83][84][85][86][87][88][89][90][91][92][93][94][95][96][97][98][99][100][101][102][103][104][105][106][107][108][109][110][111][112][113][114][115][116][117][118][119][120][121][122][123][124][125][126]

Consulter les articles en archives

Pour recevoir les articles chaque jour sur E-mail, inscrivez vous ci-dessous :