Monde Diététique
Menu

Accueil
Actualité Diététique
Les Archives
Suivi Diététique
Dossiers du Mois
Les Régimes
Alimentation et    Maladies
Les Nutriments
Recettes    Diététiques
Sélection de Livres


L'anneau gastrique plus efficace ?
article diététique ajouté par dietetique le 01.04.2008
Des études d´observation suggèrent qu´une perte de poids induite par la chirurgie bariatrique s´associe à une amélioration du diabète de type 2 chez les patients obèses. Cette perte de poids induite chirurgicalement aurait-elle un meilleur effet sur le contrôle glycémique que le traitement conventionnel « perte de poids et traitement antidiabétique oral » chez les grands obèses diabétiques ?
Afin de le vérifier, un essai randomisé contrôlé ouvert conduit entre décembre 2002 et décembre 2006 a été mené en Australie ; 60 obèses dont l´IMC allait de 30 à 40 kg/m2 et chez lesquels un diagnostic de diabète de type 2 avait été porté de manière récente (moins de 2 ans) ont été inclus. Le traitement conventionnel du diabète consistait à perdre du poids par des modifications du style de vie et un traitement médicamenteux pouvait aussi être ajouté si nécessaire. Cette prise en charge « conventionnelle » était comparée à la mise en place d´un anneau gastrique ajustable par laparoscopie. Sur les 60 patients qui ont été enrôlés dans l´étude, 55 (92 %) sont allées jusqu´au bout des deux années de suivi. Une rémission du diabète de type 2 était obtenue chez 22 patients (73 %) dans le groupe « anneau gastrique » et dans 4 cas (13 %) dans le groupe « traitement conventionnel du diabète ». Le risque relatif de rémission dans le groupe chirurgical était de 5.5 (IC 95 % 2.2-14). Le groupe « anneau gastrique » a perdu en moyenne 20.7 +/- 8.6 % de son poids alors que le groupe traitement conventionnel du diabète en a perdu 1.7 % +/- 5.2 % après deux ans (p < 0.01). La rémission du diabète de type 2 était liée à la perte de poids (R2 = 0.46, p < 0.001) et à une hémoglobine glyquée basale inférieure (R2combiné = 0.52, p < 0.001). Aucune complication sévère n´était observée tant dans le groupe « anneau ajustable » que dans le groupe « traitement conventionnel ».
Les auteurs concluent donc que les patients randomisés à un traitement chirurgical obtenaient plus souvent une rémission du diabète de type 2 grâce à une perte de poids supérieure. Bien évidemment, une étude portant sur une population plus importante est nécessaire avant de pouvoir tirer des conclusions définitives. Il faudra aussi disposer d´un suivi à long terme.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Les vertues de la cannelle: vrai ou faux ?
article diététique ajouté par dietetique le 01.04.2008
La cannelle, dans la croyance populaire et à partir de quelques petites études, a la réputation d´améliorer les paramètres glucidiques et lipidiques chez les diabétiques. Pour le vérifier, une méta-analyse systématique de toutes les études publiées sur ce sujet (essais randomisés contre placebo) utilisant la cannelle et évaluant les effets sur l´hémoglobine glyquée, la glycémie ou les paramètres lipidiques, a été menée par une équipe américaine. Cinq études prospectives randomisées contrôlées portant sur 282 patients ont été identifiées.
Selon cette méta-analyse, l´utilisation de cannelle ne modifie pas de manière significative l´hémoglobine glyquée, la glycémie ou les paramètres lipidiques et cela quels que soient les sous-groupes ou les analyses de sensibilité.
La cannelle n´est donc pas douée de propriétés métaboliques particulières chez les patients diabétiques de type 1 ou de type 2.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Prévenir le cancer
article diététique ajouté par dietetique le 18.03.2008
Dans quelle mesure l’alimentation et l’activité physique peuvent-elles réduire les risques de cancer? C’est la question à laquelle répond l’imposant rapport scientifique1 publié récemment par le réseau du Fonds mondial de recherche contre le cancer (FMRC).
Un panel d’experts scientifiques a examiné près de 7 000 études menées à travers le monde depuis 50 ans. Après cinq ans de discussions, le panel émet des recommandations concernant l’alimentation et l’activité physique qui s’appuient sur les études jugées « convaincantes » ou « probables ». Comme l’indique le rapport, ces recommandations devraient permettre de réduire les cas de cancer dans les populations mondiales, à la condition d’être respectées à la lettre :
-Rester aussi mince que possible, tout en conservant un poids normal. Maintenir un poids optimal tout au long de la vie pourrait être l’un des principaux moyens de se protéger du cancer.
-Faire une activité physique modérée au moins trente minutes chaque jour et limiter les activités sédentaires.
-Restreindre l’apport d’aliments à forte densité calorique. Éviter les boissons sucrées, les plats préparés ainsi que la restauration rapide.
-Augmenter et varier la consommation d’aliments d’origine végétale, comme les légumes, les fruits, les céréales complètes et les légumineuses, tout en limitant les féculents raffinés (pain blanc, pâtes, riz blanc ou semoule).
-Limiter la consommation de viande rouge à moins de 500 g par semaine et éviter la charcuterie. Ces aliments sont considérés comme une cause « convaincante » ou « probable » de certains cancers.
-Restreindre la consommation d’alcool à une boisson alcoolisée par jour pour les femmes, et à deux, pour les hommes. Les femmes enceintes et les enfants ne doivent pas consommer de boissons alcoolisées.
-Éviter les aliments salés ou conservés par salaison et limiter la consommation de produits contenant du sel ajouté afin d’arriver à un apport quotidien en sodium inférieur à 2,4 g.
-Chercher à satisfaire les besoins nutritionnels uniquement par l’alimentation sans recourir aux compléments alimentaires. Ces derniers ne sont pas recommandés pour la prévention du cancer.
Le panel souligne également l’importance de ne pas fumer et d’éviter la fumée secondaire. Le rapport s’adresse aussi à des groupes spécifiques. Les femmes qui viennent d’accoucher devraient nourrir leur bébé exclusivement au sein durant les six premiers mois, soutiennent les experts. Pour leur part, les personnes atteintes d’un cancer devraient, après leur traitement, à moins d’avis contraire, suivre l’ensemble de ces huit recommandations.
La FMRC poursuivra son travail d’analyse au cours de la prochaine année afin de publier, fin 2008, un nouveau rapport avec des recommandations tenant compte des facteurs sociaux, culturels, économiques et environnementaux associés au cancer.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Articles diététiques précédents >>> [1][2][3][4][5][6][7][8][9][10][11][12][13][14][15][16][17][18][19][20][21][22][23][24][25][26][27][28][29][30][31][32][33][34][35][36][37][38][39][40][41][42][43][44][45][46][47][48][49][50][51][52][53][54][55][56][57][58][59][60][61][62][63][64][65][66][67][68][69][70][71][72][73][74][75][76][77][78][79][80][81][82][83][84][85][86][87][88][89][90][91][92][93][94][95][96][97][98][99][100][101][102][103][104][105][106][107][108][109][110][111][112][113][114][115][116][117][118][119][120][121][122][123][124][125][126]

Consulter les articles en archives

Pour recevoir les articles chaque jour sur E-mail, inscrivez vous ci-dessous :