Monde Diététique
Menu

Accueil
Actualité Diététique
Les Archives
Suivi Diététique
Dossiers du Mois
Les Régimes
Alimentation et    Maladies
Les Nutriments
Recettes    Diététiques
Sélection de Livres


Supplémentations en antioxydants et mortalité
article diététique ajouté par dietetique le 08.06.2007
Les suppléments par antioxydants sont utilisés pour la prévention de différentes maladies. Les résultats des études sont discordants. Cela a amené une équipe danoise et serbe à conduire une méta-analyse de tous les essais randomisés utilisant ces antioxydants en prévention primaire et secondaire. Toutes les études randomisées chez les adultes comparant le Bêta-carotène, la vitamine A, la vitamine C, la vitamine E ou le sélénium, soit de manière isolée ou combinée à un placebo ou à l´absence d´intervention ont été incluses dans cette analyse ; 68 études randomisées ont été trouvées, portant sur 232 606 participants. Lorsque tous les essais ont été poolés, il n´y avait pas d´effet significatif sur la mortalité (RR = 1.02, IC 95 % 0.98-1.06). Les analyses en méta-régression multivariée ont montré que les études ayant de faibles biais et le sélénium (RR = 0.998, IC 95 % 0.997-0.9995) étaient significativement associées à la mortalité. Dans 47 des études à faible biais portant sur 180938 participants, les suppléments par antioxydants augmentaient de façon significative la mortalité (RR = 1.05, IC 95 % 1.02-1.08). Après exclusion des essais portant sur le sélénium, le Bêta-carotène (RR = 1.07, IC 1.02-1.11), la vitamine A (RR = 1.16, IC 1.10-1.24) et la vitamine E (RR = 1.04, IC 1.01-1.07) de façon isolée ou combinée augmentaient de façon significative la mortalité. La vitamine C et le sélénium n´avaient pas d´effet significatif sur la mortalité.
Les auteurs concluent donc que le traitement avec le Bêta-carotène, la vitamine A et la vitamine E pourraient augmenter la mortalité.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Mangez du riz blanc pour vous endormir
article diététique ajouté par dietetique le 04.06.2007
Une étude publiée ce mois-ci dans l’American Journal of Clinical Nutrition par des chercheurs australiens suggère qu’une assiette de purée, un bol de riz blanc ou encore des céréales type Rice Krispies, bref tout aliment à index glycémique (IG) élevé, pourraient aider ceux qui cherchent désespérément le sommeil à sombrer dans les bras de Morphée.
Le Dr Chin Moi Chow de l’université de Sydney et ses collaborateurs ont testé sur 12 hommes volontaires en bonne santé l’efficacité « narcoleptique » de deux type de repas : soit un dîner à base d’une variété de riz appelé Jasmin connu pour son faible index glycémique, soit un dîner à base de riz Mahatma à index glycémique élevé. Les chercheurs ont comparé l’effet de ces aliments sur le temps d’endormissement lorsqu’ils étaient consommés 1 heure avant ou 4 heures avant l’heure du coucher.
Résultats : en prenant un repas 4 heures avant d’aller au lit, les volontaires s’endorment deux fois plus vite puisqu’ils mettent seulement 9 minutes si l’IG est élevé contre 17,5 minutes avec un repas composé d’aliments à IG faible. L’effet est moindre quand le repas est pris peu de temps avant le coucher puisque qu’il leur faut 14,6 minutes pour s’endormir quand le repas à IG élevé est pris une heure avant d’aller au lit.
Comment expliquer ces résultats ? On sait que l’augmentation du glucose dans le sang provoque une élévation du taux d’un acide aminé appelé « tryptophane ». Ce dernier est utilisé par les neurones pour fabriquer la sérotonine, un neurotransmetteur impliqué dans le sommeil. Quand le taux de glucose augmente rapidement, le taux de tryptophane fait de même ce qui a pour effet de « booster » la synthèse de sérotonine et d’entraîner le sommeil.
Prudence cependant. D’abord, ces résultats doivent être confirmés par des études de plus grande envergure. Notamment sur des personnes qui souffrent d’insomnies. Ensuite, n’abusez pas d’aliments à IG élevé. Ils favorisent l’obésité, le diabète et donc les maladies cardio-vasculaires.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Le soja noir, pilule minceur de l’avenir ?
article diététique ajouté par dietetique le 01.06.2007
Le soja noir aurait d'innombrables vertus et peut-être même celle de nous aider à mieux contrôler notre poids !
Des chercheurs coréens de l’université Hanyang de Séoul ont nourri pendant 28 jours 32 rats avec des aliments très riches en graisse et en cholestérol. Certains rats ont reçu en complément de ce « régime grosseur » différentes quantités de fèves de soja noir.
Résultat : après deux semaines, les rats qui ont reçu 10% de leurs aliments sous la forme de soja noir ont pris deux fois moins de graisse que ceux qui n’en avaient pas reçu du tout. Les chercheurs constatent que cette alimentation a également un effet bénéfique sur les taux de cholestérol. En effet, les rats nourris avec du soja ont un taux de cholestérol total diminué de 25%, un taux de « mauvais » cholestérol LDL diminué de 60% et un taux de « bon » cholestérol HDL nettement plus élevé que les autres.
« Ce type de soja contient une protéine qui agit sur le métabolisme des graisses au niveau du foie. Il contribue ainsi à réduire la synthèse du mauvais cholestérol », explique Shin Joung Rho, l’auteur de ces travaux.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Articles diététiques précédents >>> [1][2][3][4][5][6][7][8][9][10][11][12][13][14][15][16][17][18][19][20][21][22][23][24][25][26][27][28][29][30][31][32][33][34][35][36][37][38][39][40][41][42][43][44][45][46][47][48][49][50][51][52][53][54][55][56][57][58][59][60][61][62][63][64][65][66][67][68][69][70][71][72][73][74][75][76][77][78][79][80][81][82][83][84][85][86][87][88][89][90][91][92][93][94][95][96][97][98][99][100][101][102][103][104][105][106][107][108][109][110][111][112][113][114][115][116][117][118][119][120][121][122][123][124][125][126]

Consulter les articles en archives

Pour recevoir les articles chaque jour sur E-mail, inscrivez vous ci-dessous :