Monde Diététique
Menu

Accueil
Actualité Diététique
Les Archives
Suivi Diététique
Dossiers du Mois
Les Régimes
Alimentation et    Maladies
Les Nutriments
Recettes    Diététiques
Sélection de Livres


Du sel iodé pour les enfants de Guinée-Bissau
article diététique ajouté par dietetique le 27.11.2006
Vous n’avez peut-être jamais entendu parlé de ce pays. La Guinée-Bissau est un petit pays d’Afrique de l’Ouest où la majorité de la population vie avec moins de 1 dollar par jour.
Dans ce pays, la carence en iode est généralisée. Cette carence est responsable d’un retard du développement mental et physique des enfants de ce pays.
Pour les autorités du pays, ainsi que pour les associations humanitaires, le sel représente la meilleure solution pour un apport constant et régulier en iode car il est consommé tous les jours.
Dans ce pays, seul 2% des enfants consomment régulièrement du sel iodé. Avec cette carence généralisée en iode, 32% des enfants du pays ont contracté un goitres. Par ailleurs, des observations montrent que les enfants étant carencés en iode possèdent 15 points de quotient intellectuel en moins que la moyenne et ils sont plus petits que la normale.
Or, il faut savoir que ces retards mentaux peuvent être corrigés grâce à un régime iodé normal.
L’Aprosal est une des trois associations du pays productrice de sel. Cette association a choisi de ioder le sel avant de le commercialiser. Cette opération, qui a débuté depuis 2003, est financé par l’unicef qui fourni gratuitement l’iode nécessaire à la fabrication de sel iodé.
Mais, cette solution qui pourrait être la solution miracle, ne rencontre pas une forte popularité puisque ce sel iodé n’est acheté seulement que par la population avoisinant la fabrique.
Il apparaît qu’une évolution des mentalités est nécessaire. En effet, le non engouement de la population pour le sel iodé apparaît être plus un problème de mentalité qu’un problème de prix (le sel iodé est vendu au même prix que le sel normal).
Peut-être que la solution serait simplement de faire appliquer la loi. En effet, en Guinée-Bissau il y a une loi qui oblige les fabricants de sel à ne commercialiser que du sel iodé. Mais la réalité est toute autre.
Petit travail de mémoire pour réfléchir à ce problème : n’avez vous pas remarqué que tous les sels sont iodés en France ? Pourquoi ?
Simplement pour lutter contre les carences en iode qui étaient fréquentes à une époque dans notre pays, surtout dans les régions de montagne où la population ne consommait pas beaucoup de poissons. Intéressant ?
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Les pays européens signent une chartre contre l’obésité
article diététique ajouté par dietetique le 24.11.2006
Vous vous souvenez peut-être du sommet contre l’obésité qui a réuni 48 pays européens à Istanbul ? A l’issu de cette réunion, les pays présents ont décidés de signer une chartre pour marquer leur engagement dans le lutte contre l’obésité.
Ce geste, qui ne se veut pas coercitif, est néanmoins un symbole fort de l’engagement de chacun des pays présents. Par cette signature, les pays ont reconnu officiellement et pour la première fois que la question de l ‘obésité n’est pas du ressort seulement de la responsabilité individuelle, mais aussi de la responsabilité collective. Ainsi, on peut lire dans le préambule de ce texte que « tenir les individus seuls responsables de leur obésité n’est aujourd’hui plus acceptable ».
Ce texte permet également de fixer les grands principes qui doivent guider chaque gouvernement dans cette lutte contre l’obésité. Le principe qui apparaît comme essentiel c’est qu’il est nécessaire de construire des partenariats entre tous les groupes de la société.
Concrètement, cette chartre propose des idées d’actions que chaque pays signataire peut mener : diminution de la pression marketing pour les aliments destinés aux enfants, amélioration de la distribution de fruits et légumes, des mesures économiques favorisant une alimentation saine, réduction du contenu en graisses, sucre et sel dans les produits de l’agroalimentaire, promotion de la marche à pieds ou de la bicyclette grâce à une politique de transport adaptés, diffusion de guides sur la nutrition et l’exercice physique…
Pour que la lutte contre l’obésité soit efficace, il est nécessaire que tous les secteurs de la société soient coordonner : l’éducation nationale, les finances, les transports, l’agriculture.
Le sommet d’Istanbul a permis également de mettre en avant certaines actions déjà menées dans les pays.
Ainsi, on découvre que les Norvégiens ont mis en place l’ordonnance verte : le médecin prescrit des exercices physiques au lieu de prescrire des médicaments inutiles.
Au Pays-Bas, un plan national pour relancer la pratique de la danse a été mis en place. Chez nos voisins Italiens, un programme éducatif a été lancé pour transmettre le patrimoine culinaire de ce pays…
Notons tout de même que la France avec le PNNS a aussi pris de bonnes mesures pour lutter contre l’obésité, mais les observateurs présents se sont étonnés des absences du ministre de la Santé et du directeur général de la santé à cette réunion qui est apparue comme majeur pour la lutte contre l’obésité.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
18% des résident d’Ehpad du Nord abusent de l’alcool
article diététique ajouté par dietetique le 24.11.2006
C’est le résultat que montre une étude réalisée auprès de 8 établissements d’hébergements de personnes âgées dépendantes (Ehpad) du Nord.
L’alcoolisme des personnes âgées en France reste un phénomène encore mal connu et sous-estimé en France. Le personnel soignant explique cette mauvaise connaissance par le fait que les troubles liés à l’âge peuvent être une source de confusion.
L’étude en question a été réalisée auprès de 368 résidents de plus de 60 ans n’ayant pas de troubles cognitifs sévères grâce à un questionnaire. Une autre série de questions a été distribuée au personnel soignant de ces 8 établissements.
Les résultats de cette étude ont montré que 81,79% des résidents ne consomment pas ou peu d’alcool, selon le personnel médical, et 18,21% en consomment beaucoup. En revanche, les résidents interrogés déclarent moins de consommations que leurs soignant. On peut donc supposer que les résidents sous-évaluent leur consommation.
Plus surprenant, il apparaît que les gros buveurs d’alcool ont d’aussi bonnes fonctions cognitives et une aussi grande autonomie que les non buveurs.
Par ailleurs, les personnes ayant une consommation d’alcool excessive sont surtout des hommes plutôt jeunes et de poids supérieurs. Ces personnes sont également souvent des célibataires ou des veufs. Fait surprenant, ce sont les plus diplômés qui boivent le plus.
Enfin, les personnes consommant beaucoup d’alcool le font aussi bien dans leur chambre, que dans la salle à manger et à m’extérieur. Ces personnes ont beaucoup moins de visites et sortent davantage de l’établissement.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (1) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Articles diététiques précédents >>> [1][2][3][4][5][6][7][8][9][10][11][12][13][14][15][16][17][18][19][20][21][22][23][24][25][26][27][28][29][30][31][32][33][34][35][36][37][38][39][40][41][42][43][44][45][46][47][48][49][50][51][52][53][54][55][56][57][58][59][60][61][62][63][64][65][66][67][68][69][70][71][72][73][74][75][76][77][78][79][80][81][82][83][84][85][86][87][88][89][90][91][92][93][94][95][96][97][98][99][100][101][102][103][104][105][106][107][108][109][110][111][112][113][114][115][116][117][118][119][120][121][122][123][124][125][126]

Consulter les articles en archives

Pour recevoir les articles chaque jour sur E-mail, inscrivez vous ci-dessous :